M6 – Capital est passé au vert avec Capital Terre

Sept milliards sur la Terre : comment tous se nourrir sans détruire la planète ?

Mercredi soir, l’émission « Capital Terre » , déclinaison du célèbre concept Capital, nous a proposé de comprendre l’impact mondial de notre consommation alimentaire.  Une excellente initiative ! Cela nous change des belles images de la planète diffusée bien loin de nos préoccupations quotidiennes.
Là, le propos était beaucoup plus proche de nous, enfin de moi,  qui me suis reconnue dans beaucoup de reportages. Lagache est parti de notre Caddie (en compagnie d’Elisabeth Laville quand même) et à remonter la filière de nos produits quotidiens afin de comprendre que « ce que nous mangeons ici a des répercussions ailleurs ».

Tout ce que l’on mange a aujourd’hui plus de répercussions environnementales que les transports

Franchement le sujet sur les fermes d’engraissement américaines où les bœufs prennent un kilo par jour (merci les hormones de croissance) et sont bons pour l’abattoir en dix-huit mois au lieu de trois ans n’était pas vraiment nouveau pour toute personne qui s’intéresse un peu à son alimentation (merci à tous mes amis de mon amap de m’avoir ouvert les yeux il y a déjà quelques années). J’ai pourtant bien aimé le coté production de des gaz à effet de serre des vaches. Entre le méthane rejeté et les bouses, les vaches polluent plus que toutes les voitures roulant sur la planète (18% contre 13%) !
M6 Capital terre - elevage intensif de vaches
M6 Capital terre - elevage intensif de vaches

J’ai été plus intéressée par le reportage sur l’huile de palme. Il faut préciser que je suis particulièrement sensible au sujet car ma fille de 4 ans est allergique à l’huile de palme (quand on dit que cette huile n’est pas très bonne pour la santé)…   Je boycotte depuis maintenant 3 ans ce produit de mon alimentation pour des raisons perso et non éthiques. D’où coup, j’avais un mis de coté les conséquences néfastes de la production d’huile de palme. Ce rappel sur la  participation de l’huile de palme à la déforestation de l’Indonésie et de la Malaisie -on supprime les arbres de la forêt vierges pour les remplacer par des palmiers qui absorbent trois fois moins  de gaz carbonique-, à la disparition des communautés autochtones possédés de leurs terres et des orang-outans était nécessaire.

M6 Capital terre - les populations depossédés de leurs terres
M6 Capital terre - les populations depossédés de leurs terres

Là, où j’ai réellement appris des informations, c’est lors du reportage sur l’Ethiopie qui expulse les éthiopiens de leurs terres. A 3 euros la location d’un hectare de terre, le gouvernement solde des centaines de milliers d’hectares à des entreprises étrangères, notamment indiennes,  en quête de nouveaux espaces. Et comme l’affirme un représentant du gouvernement éthiopien  » les Indiens développeront l’agriculture dix fois plus vite que s’il laissait ces terres à ses propres citoyens. Les éthiopiens sont faignants. Les indiens créent des emplois pour les éthiopiens« . Naturellement, les employés cultivent du riz pour de l’exportation, n’y ont pas accès alors que le pays demande une aide alimentaire à l’international, et sont sous-payés (11 euros par mois). Sidérant et choquant !

Des solutions concrètes existent

Pas de grosse surprise avec le reportage sur les locavores : ces consommateurs qui choisissent leurs produits à moins de 240 kms de leur domicile. En faisant partie du Conseil d’Administration d’une amap en Ile-de-France (association pour le maintien d’une agriculture paysanne), je suis particulièrement bien informée sur le sujet ;-). Les paniers surprise du vendredi soir, les légumes bio oubliés, l’envol du green business dans l’alimentation… Je suis en plein dedans.

M6 capital terre - l'envol du green business alimentaire
M6 capital terre - l'envol du green business alimentaire

Guy Lagache a également exposé d’autres stratégies comme certaines grandes marques qui se mettent à afficher sur leurs produits l’impact environnemental permettant au consommateur de choisir des produits plus respectueux de notre environnement.

L’émission conclut que si l’environnement est pris dans nos modes de consommation, la Terre a de quoi nourrir 12 milliards d’individus : je veux y croire !

1 Comment »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s