baromètre 2011 Ethicity : les Français et la consommation durable

barometre Ethicity les Français et la consommation responsableLes Français en quête d’une information claire et d’une reprise en main de leur consommation

Dès aujourd’hui le ministère de l’écologie a publié sur son site les résultats du baromètre annuel «Les Français et la consommation durable» élaboré par Ethicity en partenariat avec l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) à paraitre demain…

Pour Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, ministre de l’Écologie, du Développement durable, du Logement et des Transports : « Cette étude conforte la nécessité d’apporter aux consommateurs des informations complètes, claires et lisibles sur l’impact environnemental des produits. C’est tout l’enjeu de l’affichage environnemental qui sera expérimenté dès juillet prochain ».

Voici les principaux résultats 😉

Des comportements quotidiens bien ancrés

Le développement durable reste une nécessité pour 71 % des Français.
Si la dimension de protection de l’environnement reste citée en priorité, la dimension économique progresse; pour un peu plus de 10 %, le développement durable induit une nouvelle forme de croissance économique (+3 points par rapport à 2010).

Au quotidien, cette situation se traduit par des comportements plus intégrés, motivés par la recherche d’économies: 80 % des sondés ont ainsi introduit dans leurs habitudes des comportements en vue de réduire ou de mieux maîtriser leur consommation d’énergie (+ 4 points).

Un consommateur à la recherche de produits d’une plus grande qualité…

En matière de consommation, l’individu recherche à consommer mieux, dans un objectif de santé avant tout:
•    Pour 63 % des Français, la santé (la leur et celle de leurs proches) fait partie de leurs 3 premières préoccupations.
•    Par conséquent, ils sont près de 36 % à considérer que l’argument « (ces produits) sont meilleurs pour la santé » s’impose comme le premier critère d’achat, au détriment des bénéfices apportés pour la préservation de la planète (27 %).

C’est dans ce contexte que la tendance du « consommer autrement » se dessine :
•    pour 45 % des Français, consommer responsable, c’est consommer autrement (+10 points par rapport à 2010)
•    51 % déclarent avoir cette année privilégié des produits plus durables.(dont 13 % qui déclarent cependant acheter moins).
•    33 % consomment de manière pragmatique en achetant moins et à  bas prix.

… et d’informations claires et accessibles

Défiant vis-à-vis des discours de marques, les Français souhaitent disposer d’une information claire et fiable qui leur permette de faire un choix averti lors de leurs actes d’achat :

•    Une information visible et simple
56 % considèrent qu’il est difficile de comprendre les informations sur les produits durables,
62 % considèrent que les produits « Développement Durable » ne sont pas assez facilement / rapidement repérables.

•    Une information qui permet une meilleure traçabilité des produits
L’origine des matières premières et le lieu de fabrication sont les deux premières informations attendues sur les étiquettes des produits. La majorité des Français associent la consommation durable à la fabrication locale (51 % le citent en 1er ou en 2ème critère).

•    Davantage de preuve de la qualité des produits
60% d’entre eux (+15points vs 2010) seraient davantage convaincus d’acheter plus de produits durables s’ils avaient des preuves concrètes de leur meilleure qualité.

Une envie d’agir « local »  plutôt que « global » 

Les enjeux environnementaux planétaires ne suscitent plus autant l’intérêt des Français :
 
•    49% d’entre eux y sont encore très sensibles alors qu’ils étaient  55% en 2008.
•    La consommation de produits locaux est devenue l’une des modalités d’action en faveur du développement durable majoritairement appréciée par les Français. Ils sont d’ailleurs 24% à privilégier régulièrement les produits fabriqués localement.

Télécharger le baromètre 2011 d’Ethicity

6 Comments »

  1. Intéressante, cette progression de la dimension économique. Il est important que les consommateurs comprennent que le développement durable n’est pas qu’une affaire d’environnement. Mais cela reste peu clair pour la plupart d’entre-eux!

    J'aime

      • Merci Solange, et je vous retourne le compliment!
        La crise y est sans doute pour quelque chose, oui. Et comme vous le dites, il est très probable que les consommateurs y voient le lien avec le DD. Je pense d’ailleurs que les 3 dimensions du DD sont encore comprises de manière séparée. Le développement durable, c’est l’environnement. Ensuite, il y a tout ce qui est « fair trade » qui concerne le social. Et finalement l’économique. Alors que ces trois dimensions devraient être liées!
        Cependant il me semble que l’environnemental et le social commencent à être rapprochés. J’ai entendu et lu – à propos des fraises qui sont désormais disponibles sur les étals – de plus en plus de choses mettant en avant non seulement les problèmes écologiques, mais aussi les conditions de travail des personnes cultivant ces fraises. Serait-on sur la bonne voie?!

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s