« Le courage, un acte de présence que l’on doit au monde »

Cynthia Fleury : « le courage, un outil de régulation »

Jeudi dernier, à la réunion mensuelle de Femmes chefs d’entreprises, j’ai eu le plaisir d’écouter à nouveau Cynthia Fleury sur son dernier livre : La fin du courage.

Une conférence enlevée et pleine de sens dont voici quelques extraits :

« Le courage, c’est l’incarnation du sens, le lien avec les autres et avec l’avenir. Il n’y a d’éthique du courage qu’individuelle. Le courage s’oblige mais n’oblige pas les autres. C’est en réalisant un acte courageux que nous devenons quelqu’un (principe de l’Agency). Et, en même temps, seule l’éthique collective du courage est durable et peut nous permettre de résister.

Pour être réellement courageux, il faut avoir éprouvé la peur, le découragement et trouver en soi la force de les surmonter. En fait, les individus ne sont pas devenus fondamentalement peureux, ils ont simplement perdu l’entraînement au courage. Cette valeur s’apprend au quotidien, se transmet par des figures dans l’entourage familial, amical, scolaire, etc. Plus que l’absence, c’est le manque d’entraînement et d’apprentissage du courage qui caractérise notre société. Le courage nous fait sortir de l’invisibilité sociale. Ce n’est pourtant pas le goût du risque, mais bien le sens du risque.  « 

Et pour aller + loin sur le sujet…

*

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s